Paysages

      Nul besoin pour ce poète de la figuration d’une île grecque éclaboussée de soleil, d’une barkhane chantant le désert, d'une steppe sibérienne, d'une mer océane, et pourtant toutes ces images, ces paysages, sont là, avec leurs feuilles, leurs pluies, leurs amas de montagnes concassées, leur feu originel, leurs nuages qui passent. Il dit que l'art de créer est une partie de l'art du monde, que la poésie est une partie du poème du monde - bateau sur la mer, tailleur de diamant dans le cœur du volcan, bonhomme de neige sur la banquise - chaque lieu singulier moment du Lieu Entier du Terrestre. Il nous montre la diffraction du monde, l'harmonie a-géométrique, les paons de couleurs de l'air, les strates des montagnes, chaque jour est autre, et la nuit cachée, et la couleur de la couleur, et la saveur du maintenant, la vie, la masse et la légèreté, les tours lumineuses et immémoriales du temps, le partage du paysage, la poésie fraîche neuve, humide de rosée, du nouveau matin.

Charlie Galibert (Extraits du Codex Scholtensis)

Da35.jpg
De7.jpg
Dq6.jpg