Végétal

Végétation

 

Au début, il y a la porte étroite,

Les tiges sont comprimées, elles respirent mal,

elles doivent forcer leur passage,

pour gagner l’air et la lumière…

et déployer leur végétation en touffes variées.

Armand les a faites heureuses, l’œil se plaît auprès d’elles.

Mais auront-elles oublié l’ancrage original ? la porte étroite ?

La fixité des racines qui semble entraver leur expansion ?

 

 

 

Il n’y a pas de végétation sur une ligne droite…

Armand a aménagé un pli, un creux,

comme un recueil de végétation…

La ligne droite va trop vite, rien ne peut s’y accrocher.

La courbe musarde,

elle crée des poches où se nichent les germes…

La ligne droite est rationnelle et hygiéniquement stérile.

Moralité du moraliste : il faut avoir des poches,

des poches de temps, des poches d’idées, des poches…

 où la vie puisse faire son nid.

 

Jean-Pierre Caloz (Extrait de « Le végétal dans l’œuvre d’Armand Scholtès)

© 2020 par Galerie Scholtès 

18 rue Pastorelli, 06000 Nice

Mail : joel@vupasvu.com

  • Facebook Clean